Il y a dix ans, le système Start & Stop a commencé à être proposé en option sur les véhicules de certaines marques. Aujourd’hui, il est proposé de série sur presque tous les véhicules commercialisés. La preuve que ce système fonctionne efficacement et permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre ? Pas sûr, mais avant de répondre à cette question, il faut comprendre comment fonctionne un moteur et un système Start & Stop.

Comment fonctionne le système Start & Stop ?

Le système Start & Stop que l’on trouve dans de nombreux véhicules aujourd’hui varie légèrement selon les modèles, mais son fonctionnement global est toujours le même. Ses créateurs sont partis d’un constat simple : en ville, un véhicule est souvent à l’arrêt dans les embouteillages ou devant un feu de signalisation. Or, le moteur continue de tourner inutilement pendant ces arrêts et il émet du CO2.

Résultat, le S & S (Start & Stop) essaye de limiter les émissions de gaz à effets de serre en coupant le moteur à chaque fois que le véhicule est à l’arrêt, même pour quelques secondes. Le système repose évidemment sur une technologie électronique qui permet l’arrêt et l’allumage ultra-rapide du moteur pour ne pas perdre en performances au démarrage.

Avant de couper le moteur, le système S & S vérifie plusieurs éléments. D’abord, il vérifie que la voiture est au point mort et que la pédale d’embrayage n’est pas enclenchée. Il vérifie ensuite que les roues sont également immobiles, puis que la batterie dispose d’assez d’énergie pour redémarrer la voiture. Enfin, dès lors que le conducteur appuie sur la pédale d’embrayage, le moteur se rallume automatiquement pour permettre de redémarrer rapidement.

Le système S & S fonctionne-t-il si bien que cela ?

Le Start & Stop est un système de plus en plus populaire que les constructeurs proposent sur presque tous leurs véhicules, notamment parce qu’il permet de diminuer le taux d’émission de CO2 théorique et d’obtenir plus facilement les autorisations de commercialisation. Pourtant, il est connu pour ne pas toujours fonctionner parfaitement.

Effectivement, il y a de nombreux cas qui empêchent le S & S de fonctionner. C’est le cas quand la climatisation, la ventilation ou le chauffage sont en marche. C’est également le cas quand la température extérieure est inférieure à 5 °C, quand la ceinture du conducteur n’est pas bouclée, quand le dégivrage ou le désembuage sont en marche, ou quand la batterie est trop neuve ou trop vieille.

Bref, le Start & Stop est très loin d’être infaillible. Beaucoup de conducteurs se demandent souvent pourquoi leur voiture, pourtant équipée du S & S, ne coupe pas le moteur systématiquement au feu rouge, même quand ils font tout ce qu’il faut pour (point mort – pied sur le frein). C’est sans doute pour l’une des raisons listées juste au-dessus.

Le Start & Stop est-il vraiment écologique ?

Si les quelques insuffisances techniques du Start & Stop paraissent être peu de choses face à l’innovation importante que c’est, il fait tout de même l’objet de vives critiques. Beaucoup de militants écologistes s’insurgent contre les campagnes marketing qui le présentent comme une innovation écologique qui permettrait de réduire les émissions de CO2.

Il l’accuse d’être, au contraire, responsable d’émissions beaucoup plus importantes. Effectivement, le démarrage d’un véhicule consomme toujours beaucoup de carburant d’un coup et émet alors beaucoup de CO2. Résultat, pour un arrêt très court au feu rouge, le Start & Stop est accusé d’émettre en fait beaucoup plus de CO2 qu’une voiture classique.

Il est difficile d’affirmer clairement à qui la science donne raison. Des études contradictoires existent et il est impossible de donner raison de manière certaine et définitive à l’un ou à l’autre. En attendant, les constructeurs insistent donc sur un élément qui met tout le monde d’accord : le Start & Stop offre des respirations silencieuses au milieu d’un trafic dense et bruyant.

Une charge importante pour les batteries

Les critiques contre le système Start & Stop sont nombreuses et elles s’attardent souvent sur la question de la batterie. Effectivement, des arrêts et des démarrages aussi fréquents fatiguent prématurément la batterie. Si vous ne roulez qu’en ville, votre batterie n’aura même pas le temps d’être rechargée par les kilomètres parcourus.

Résultat, les voitures équipées du S & S doivent aussi être équipées de batteries renforcées, plus chères et plus polluantes. Malgré cela, les batteries s’usent vite et ce système qui promet de vous faire faire des économies de carburants finit par vous coûter cher en batterie. D’autant plus que les économies de carburant ne sont pas flagrantes.

Une fragilité électronique supplémentaire

Enfin, le dernier défaut du Start & Stop est un défaut que l’on pourrait généraliser à toutes les innovations récentes : aussi pratiques et écologiques soient-elles, elles induisent une fragilité électronique dans des voitures qui étaient totalement mécaniques avant. Résultat, la moindre défaillance peut bloquer le démarrage de la voiture.

Le pire, c’est sans doute qu’il est alors impossible de réparer sa voiture soi-même. Sans l’intervention d’un professionnel qui est le seul à disposer du logiciel nécessaire pour régler votre voiture, vous ne pouvez rien faire. Ainsi, ce genre de système vous pousse à dépenser toujours plus d’argent dans leur entretien.